Festival International Nuits d’Afrique

Home  /  Current Page

 

NUITS D’AFRIQUE, TOUTE UNE HISTOIRE !!!

Depuis 1987, les éditions du Festival International Nuits d’Afrique se suivent sans jamais se ressembler… Chacune d’elle avec son charme si attachant et si particulier. Demeurant à l’avant-plan de la promotion et de la créativité artistiques, le Festival International Nuits d’Afrique déploie chaque année un large éventail métissé de talents d’ici et de l’autre côté de l’océan, originaires d’Afrique, des Antilles et d’Amérique Latine. Encourageant le meilleur des répertoires traditionnels et modernes, le Festival International Nuits d’Afrique a su conserver ce cachet authentique, cet esprit de grande famille et de fête magique, et surtout cette passion des belles musiques qui lui valent chaque été l’ovation d’un public fidèle et toujours grandissant. Chaque année, 13 jours parfumés aux délices épicés du Sud !

 DU LOCAL À L’INTERNATIONAL: DE LA QUALITÉ, TOUJOURS DE LA QUALITÉ…

Tous les grands noms de la scène world internationale sont passés par le Festival… Youssou N’Dour (Sénégal), Alpha Blondy (Côte d’Ivoire), Les Ballets Africains (Guinée), Miriam Makeba (Afrique du Sud), Omar Sosa (Cuba), Papa Wemba (Zaïre), Fémi Kuti (Nigéria), Habib Koité (Mali), Ricardo Lemvo (Zaïre/Cuba), Wasis Diop (Sénégal), Sierra Maestra (Cuba), Ismaël Lo (Sénégal), Cheb Mami (Algérie), Geoffrey Oryema (Ouganda), Positive Black Soul (Sénégal), Angélique Kidjo (Bénin), Funk’N’Lata (Brésil), Amadou et Mariam (Mali), Ray Lema (Rep. Dem. du Congo), Baaba Maal (Sénégal), Orquesta Sensacion (Cuba), Mahlathini et les Mahotella Queens (Afrique du Sud), Tiken Jah Fakoly (Côte d’Ivoire)… et d’autres encore. Puis, Manu Dibango (Cameroun), Youssou N’Dour (Sénégal), Miriam Makaba (Afrique du Sud), Papa Wemba (RD Congo), Alpha Blondy et Mory Kanté (Guinée) en ont quant à eux porté fièrement les couleurs en acceptant d’être parrain.

Chaque année, le Festival International Nuits d’Afrique consacre également une importante partie de sa programmation aux artistes d’ici, ambassadeurs privilégiés de leurs origines culturelles. Car le Festival International Nuits d’Afrique, c’est également la mise en valeur et la promotion de ces artistes bourrés de talent… Assar Santana (Brésil/Mtl), Oumar Ndiaye (Guinée/Qc), Salaam (Maroc/Mtl), Lorraine Klaasen (Afrique du Sud/Mtl), Harold Faustin (Haïti/Mtl), Syncope (Algérie/Mtl), Jab Jab (Trinidad/Mtl), Madou Diarra (Mali/Mtl), Alpha Yaya Diallo (Guinée/C-B)… sont autant d’exemples de ces artistes locaux ayant évolué sur les scènes du Festival, à l’intérieur, en première partie de spectacle ou sur la scène intime du Club Balattou, lieu mythique des nuits montréalaises, centre nerveux du Festival et nid de découvertes exceptionnelles… mais aussi à l’extérieur, pendant plusieurs années sur la grande scène de la place Emilie-Gamelin, devant près de 8000 personnes à chaque fois. Puis depuis 2011, au Parterre du Quartier des spectacles, un site pouvant accueillir un nombre sans cesse grandissant de festivaliers durant les quatre jours de la portion extérieure. Des spectacles qui ont à coup sûr servi de tremplin à leur carrière !

Par ses “grands événements” mettant à l’honneur des artistes dont la réputation internationale n’est plus à faire, par ses “rencontres des cultures” originales et pleines de charme, mariant chanteurs et musiciens d’ascendance africaine avec d’autres de culture occidentale, (Marie-Denise Pelletier et Les Frères Guissé, Geneviève Paris et Assar Santana, Bob Walsh et Boubacar Traoré, Sylvie Tremblay et Coco M’Bassi, Michel Cusson et Awana, Bob Brozman, Djelli Moussa Diawara et René Lacaille…), par ses soirées “découvertes” permettant à de jeunes talents d’ici et d’ailleurs d’aller à la rencontre d’un large public bigarré ouvert à leurs horizons culturels, par ses “sélections” artistes redemandés du public et aussi (et surtout) par la constante ambiance festive régnant sur les sites, le Festival International Nuits d’Afrique a réussi à se forger une place de choix sur le marché international de la musique du monde, présentant chaque année une programmation recherchée, judicieuse et bien balancée.

Depuis ses débuts au Club Balattou en 1987, l’événement n’a cessé de prendre de l’ampleur. À tel point qu’en 1988, Lamine Touré, président-fondateur et directeur artistique du Festival, a décidé d’incorporer une société (les Productions Nuits d’Afrique) liée au Festival et magnifiant ses activités à l’année longue. Succès oblige, la portion extérieure gratuite a été créée en 1990 sur le boulevard St-Laurent, entre Marie-Anne et Mont-Royal. D’abord une journée, puis deux et trois les années passant… Des dizaines d’artistes se succédant toute la journée sur un site gratuit où se mêlent marchands typiques ainsi qu’ateliers de danse et de percussions, au grand bonheur de tous les festivaliers, grands et petits… Et, la cote de popularité du Festival croissant à vue d’œil, la portion extérieure a déménagé, en 1995, sur la place Emilie-Gamelin, un site pouvant accueillir plus de 8000 personnes à la fois. Puis en 2011, au Parterre du Quartier des spectacles, permettant à plus de 100 000 festivaliers de venir vivre l’expérience Nuits d’Afrique en plein cœur du centre-ville.

Parallèlement, pour soutenir le chaleureux Club Balattou, le Festival, en pleine évolution, a aussi envahi de sa convivialité les plus grandes salles de la ville dans lesquelles les organisateurs ont réussi à transporter le soleil de ces Nuits d’Afrique

En mars 2005, puis en 2007, le Festival International Nuits d’Afrique fut lauréat du Grand Prix du Tourisme Québécois pour la région Montréal – catégorie «Festival et évènement touristique – budget d’exploitation de 1 M $ et moins ». Une distinction qui vient récompenser la participation des quelques 20% de touristes qui fréquentent chaque année l’évènement.

 www.festivalnuitsdafrique.com